Les adolescents et la lecture

ifrereProfesseur de français à l’Athénée Royal de Jette, Isaora Frère s’intéresse au problème – ô combien d’actualité ! – de la lecture chez les jeunes adolescents.

Jean-Michel Dufays : Pourrais-tu circonscrire ton sujet et nous expliquer ce qui t’a poussée à le choisir comme travail de fin d’études ?

Isaora Frère : J’ai décidé de travailler sur ce sujet car la lecture me passionne. Etant adolescente, je n’ai jamais compris pourquoi mes camarades de classe ne lisaient jamais les livres demandés alors que pour moi cela était, et est toujours, un réel passe-temps. Afin de pouvoir expliquer ce phénomène, j’ai décidé de me consacrer à ce sujet pour mon travail de fin d’études. Dans ma recherche, j’ai pu observer une chose primordiale, les élèves n’aimant pas lire sont ceux qui ne savent pas lire correctement. En effet, après avoir effectué différents tests de lecture, j’ai pu observer que les élèves arrivant en 1ère année du secondaire n’ont pas atteint le niveau de lecture exigé. De ce fait, mon but était à la fois de donner le goût de lire ainsi que d’améliorer le niveau de lecture de mes élèves. Pour ce faire, je me suis référer aux différentes compétences exigées par la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi qu’au CAF (Centre d’autoformation et de formation continuée de Tihange) et je les ai analysées afin de les travailler. J’ai donc choisi un livre en fonction des affinités de genres des élèves et ai créé différentes activités autour de chaque chapitre (il est important de signaler que le livre n’est pas lu en entier) pour permettre aux élèves d’adopter des stratégies de lecture pour atteindre le niveau exigé mais également pour leur donner l’envie de lire la suite. Une fois la lecture terminée, il était important de créer une tâche finale, qui était de produire une bande-annonce du livre afin de donner l’envie de lire aux autres élèves.

J.-M. D. : Quelles sont les difficultés majeures auxquelles un enseignant se trouve confronté lorsqu’il cherche à donner le goût de lire ?

I. F. : J’ai pu rencontrer plusieurs problèmes au cours de ma pratique dont un en particulier : les différents niveaux de lecture des élèves. En effet, je pouvais trouver au sein de ma classe trois niveaux différents de lecture : des lecteurs confirmés (élèves qui ont atteint le niveau de lecture exigé); des lecteurs en transition (élèves qui lisent de plus en plus et qui commencent à adopter des stratégies de lecture) et des apprentis lecteurs (élèves qui commencent à décoder les mots mais qui ne parviennent pas à se corriger en cas d’erreur) ; ce qui pose un réel problème lors des lectures collectives ou individuelles. En effet, dans certaines activités, je décidai de placer des lecteurs confirmés avec des lecteurs en transition et des lecteurs en transition avec des apprentis lecteurs, pensant que les plus forts seraient susceptibles de transmettre leurs stratégies de lecture aux plus faibles. Malheureusement ce ne fut pas le cas car ceux-ci ne se rendent pas compte des stratégies de lecture qu’ils mettent en place et de ce fait ne savent pas les expliciter. Dans d’autres activités, je demandai à un élève ayant le plus haut niveau de lecture au sein de la classe de lire devant la classe et pendant ce temps les autres devaient suivre dans le livre afin de s’habituer à un certain rythme de lecture. Malheureusement cela n’a pas été un succès du fait que certains élèves n’arrivaient pas à suivre le rythme, d’autres n’entendaient pas, … Voilà le plus gros problème rencontré, je pense donc qu’il est important au début de la 1ère année de travailler la lecture afin de remettre tous les élèves à niveau et de leur donner le maximum de chance car la lecture se retrouve partout dans notre société.

J.-M. D. : Quels sont les dispositifs pédagogiques mis en place pour intéresser les élèves à la lecture ?

I. F. : Voici les différents dispositifs que j’ai pu mettre en place lors de ma pratique ainsi que les réactions des élèves face à ceux-ci :

Lors du 1er chapitre

Le professeur a fait la lecture, ensuite il a posé une série de questions concernant celui-ci. Ensuite les élèves ont dû émettre des hypothèses quant à la suite du récit, ce qui aurait pu se passer…

Les élèves ont eu une bonne compréhension orale, ils ont aimé que le professeur lise et ont envie de connaître la suite du livre afin de vérifier si leurs hypothèses se confirment ou non.

Pour le chapitre 2

Le professeur a fonctionné différemment. Celui-ci a créé un Powerpoint avec des images retraçant le chapitre. Les élèves les possédaient et le but était de comprendre et d’écrire ce chapitre grâce à la présentation.

Les élèves ont aimé écrire le chapitre par le biais d’images. Ils gagnent en motivation car ils ont l’envie de comparer leur histoire avec celle du livre. Ensuite, une fois la lecture du chapitre lu, le professeur a demandé aux élèves de créer quatre groupes. Chaque groupe aura une tâche à réaliser :

  1. description d’Ernest + mise en image
  2. description de Victoire + mise en image
  3. description de la maison d’Ernest + mise en image
  4. description de la maison de Victoire + mise en image

Cette tâche a pour but la visualisation. Les élèves doivent comprendre qu’il est possible de se créer des images mentales lors d’une lecture afin de faire défiler devant soi l’histoire comme si cela était un film.

Les élèves ont adoré cette activité car ils ont pu visualiser les personnages ainsi que leur lieu d’habitation qui sont à un extrême l’un de l’autre.

Cette activité est la troisième favorite auprès des élèves.

Une autre activité mise en place

Il s’agit du fait de poser des hypothèses pertinentes par rapport au texte. Le but, ici, est que les élèves réfléchissent sur ce qui pourrait se passer dans la suite du récit. Le professeur leur a donc demander d’émettre des hypothèses sur ce qu’Ernest pourrait apporter à Victoire et vice versa. Ou encore dans une autre activité reprenant la même compétence, le professeur a demandé aux élèves de s’imaginer l’histoire de la rencontre des parents d’Ernest ainsi que les raisons qui ont fait qu’Ernest n’a jamais connu ses parents et qu’il vit avec sa grand-mère.

Ce genre d’activités pousse les élèves à s’intéresser au texte, cela leur donne l’envie de connaître la vraie suite, de comparer la leur avec la vraie,… Il y a vraiment une motivation qui s’opère auprès des élèves. Ceci est une des activités préférées des élèves.

Lors du chapitre 7

Le professeur a abordé une autre compétence : sélectionner l’information essentielle en fonction du projet de lecture. Il est important de travailler cette compétence, car c’est grâce à celle-ci qu’ils pourront synthétiser, résumer une histoire en reprenant les éléments les plus essentiels.

Pour ce faire, le professeur a lu le chapitre aux élèves, ensuite celui-ci leur a distribué diverses étiquettes. Sur chacune d’entre elles se trouvaient inscrits quatre à cinq mots, le but étant de les remettre dans l’ordre afin de recréer le chapitre lu.

Cela apporte aux élèves une nouvelle stratégie de lecture qui comprennent, dès lors, qu’il est possible de résumer un chapitre ou une histoire en quelque mots.

La tâche finale

Celle-ci consistait en la réalisation d’une bande-annonce sur les chapitres lus afin de donner l’envie de lire le livre. Les élèves grâce à la structuration et aux activités créées lors des différents chapitres ont su :

  • quels dialogues proposer ;
  • quelles scènes mettre en avant ;
  • quels costumes et accessoires choisir ;
  • comment tourner les différentes scènes ;

Les résultats de mon projet ont été très satisfaisants à mes yeux. En effet sur une classe complète seulement quatre élèves n’ont pas adhéré à mon projet et ne se sont pas mis à la lecture après celui-ci. Mais, pour trois de ceux-ci, il y a une raison à cela. En effet, sur ces trois élèves, un passait directement en 2ème secondaire l’année d’après et donc celui-ci n’avait aucune motivation pour travailler, un autre est arrivé à la 4ème semaine de mon projet. Il est donc évident que n’ayant suivi le début de celui-ci, il est normal qu’il ait eu des difficultés à suivre et donc à apprécier le projet. La troisième élève ne parlant presque pas le français n’a pas pu suivre la lecture. En effet, celle-là ayant un niveau de français extrêmement faible, n’a presque rien compris à la lecture des différents chapitres et, à mon avis, il aurait été plus approprié que celle-ci se trouve dans une classe différenciée plutôt que dans un niveau général. Ce fait était plus un frein à son apprentissage. Et enfin le dernier élève m’a donné pour raison qu’il n’aimait toujours pas la lecture et qu’il n’aimerait jamais ça. Je pense qu’il est impossible de faire apprécier la lecture à tout un chacun, c’est également une question de goût.

En conclusion, je dirai que je suis entièrement satisfaite de mon projet et des résultats obtenus et que chaque activité réalisée est, de fait, réalisable avec toutes sortes de lectures. Il est évident que cela prend beaucoup de temps mais je pense que cela est primordial pour que les élèves améliorent leur lecture et qu’ils l’apprécient également.

Advertisements